Confédération Nationale des Artisans Pâtissiers Chocolatiers Glaciers Confiseurs Traiteurs

Article à la une

Coronavirus : une nouvelle étape dans les mesures de précaution

Le 15/03/20

Face à l’accélération de l’épidémie du Covid-19 dans notre pays, le Premier ministre a annoncé de nouvelles mesures de précaution, samedi 14 mars. Il a notamment décidé la fermeture, à partir d’aujourd’hui de tous les commerces « non indispensables à la vie du pays ». Cette définition peut porter à interprétation pour certaines professions du secteur de l’alimentation en détail. C’est le cas pour les pâtissiers.

A ce stade, et compte tenu de l’enjeu sanitaire auquel notre pays doit faire face, il convient de mettre en avant le sens de l’intérêt général. il faut éviter tout geste et comportement qui favoriseraient la propagation du virus et augmenteraient le risque de contamination de la population. C’est la protection sanitaire qui doit prévaloir.

En tant que pâtissiers, recevant du public dans nos boutiques et employant des salariés dans nos laboratoires, nous sommes naturellement concernés. Nous devons agir en responsabilité, dans le respect de nos clients et de nos collaborateurs qui doivent être protégés du mieux possible.

C’est la raison pour laquelle, la Confédération préconise à ses adhérents de suivre les mesures prises par les pouvoirs publics. En conséquence, nous recommandons la fermeture de nos boutiques.

Néanmoins, la situation n’est pas la même en tout point du pays. Il existe des territoires plus ou moins fortement touchés par l’épidémie. Dans ces circonstances particulières, il revient à chaque professionnel d’apprécier la situation, notamment en s’informant auprès de la préfecture de son département et de la Mairie de sa commune, afin de prendre la meilleure décision qui s’impose à lui.

Par ailleurs, les établissements concernés par l’arrêté de fermeture sont autorisés à maintenir leurs activités de vente à emporter et de livraison.

En outre la Confédération se mobilise pour que les mesures compensatoires annoncées par le Ministère de l’économie et des finances soient rapidement accessibles à notre profession.

Alors que la situation évolue très vite, la priorité qui s’impose aujourd’hui consiste à continuer à gagner du temps en freinant la circulation du virus. C’est une action collective qui, avec chacun de nos gestes personnels, de citoyen comme de professionnel, doit nous guider dans nos décisions.